livres libres

29 juin 2010

Le lièvre de Patagonie

LANZMANN, Claude. Le lièvre de Patagonie : mémoires.  Gallimard, 2009.  557 p.

317HsMohmrLPrésentation de l'éditeur

" Quand venait l'heure de nous coucher et de nous mettre en pyjama, notre père restait près de nous et nous apprenait à disposer nos vêtements dans l'ordre très exact du rhabillage. Il nous avertissait, nous savions que la cloche de la porte extérieure nous réveillerait en plein sommeil et que nous aurions à fuir, comme si la Gestapo surgissait. "Votre temps sera chronométré", disait-il, nous ne prîmes pas très longtemps la chose pour un jeu. C'était une cloche au timbre puissant et clair, actionnée par une chaîne. Et soudain, cet inoubliable carillon impérieux de l'aube, les allers-retours du battant de la cloche sur ses parois marquant sans équivoque qu'on ne sonnait pas dans l'attente polie d'une ouverture, niais pour annoncer une brutale effraction. Sursaut du réveil, l'un de nous secouait notre petite sieur lourdement endormie, nous nous vêtions dans le noir, à grande vitesse, avec des gestes de plus en plus mécanisés au fil des progrès de l'entraînement, dévalions les deux étages, sans un bruit et dans l'obscurité totale, ouvrions comme par magie la porte de la cour et foncions vers la lisière du jardin, écartions les branchages, les remettions en place après nous être glissés l'un derrière l'autre dans la protectrice anfractuosité, et attendions souffle perdu, hors d'haleine. Nous l'attendions, nous le guettions, il était lent ou rapide, cela dépendait, il faisait semblant de nous chercher et nous trouvait sans jamais faillir. A travers les branchages, nous apercevions ses bottes de SS et nous entendions sa voix angoissée de père juif : "Vous avez bougé, vous avez fait du bruit. - Non, Papa, c'est une branche qui a craqué. - Vous avez parlé, je vous ai entendus, ils vous auraient découverts." Cela continuait jusqu'à ce qu'il nous dise de sortir. Il ne jouait pas. Il jouait les SS et leurs chiens.

Avis :

Claude Lanzmann se raconte dans ce magnifique récit qui au-delà de l'histoire d'un homme est aussi  l'histoire du XXe s.  Ces "mémoires" ce lisent comme un roman et Lanzmann ressemble à un personnage de fiction : ardent, orgueilleux, courageux bien que parfois inconscient et téméraire, Lanzmann a l'art de se mettre en scène.  Il raconte son enfance et une famille peu ordinaire pour l'époque, la Résistance, son admiration et son amitié pour Sartre, sa liaison de plusieurs années avec Simone de Beauvoir.
Le célèbre auteur de "Shoah" raconte également la genèse de ce film monument, ses rencontres avec des criminels nazis et surtout les émouvants échanges avec les survivants des camps. Cette brique de plus de 500 pages est passionnante et une vraie déclaration d'amour à la vie.

Posté par manolos à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 juin 2009

Le monde selon Monsanto

ROBIN, Marie-Monique.  Le monde selon Monsanto : de la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien.  Arte éditions, 2009.  385 p.

519FieZqFALPrésentation de l'éditeur

Implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l'une des entreprises les plus controversées de l'histoire industrielle. Dans les dernières décennies, la firme a accumulé les procès en raison de la toxicité de ses produits (PCB, " agent orange, ou hormones de croissance bovine et laitière). Pourtant, elle se présente aujourd'hui comme une entreprise des " sciences de la vie convertie aux vertus du développement durable. Grâce à la commercialisation de semences transgéniques, elle prétend vouloir faire reculer les limites des écosystèmes pour le bien de l'humanité. Qu'en est-il exactement ? S'appuyant sur des documents inédits, des témoignages de victimes, de scientifiques ou d'hommes politiques, ce livre retrace l'histoire d'un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l'administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu le premier semencier du monde. Et il révèle notamment le rôle joué par Monsanto dans le formidable tour de passe-passe qui a permis l'extension planétaire des cultures OGM, sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine.

Avis :

"Je me doutais bien que les multinationales n'étaient pas des œuvres de bienfaisances mais je reste attérrée par un tel cynisme et mépris de l'humanité.  Monsanto c'est l'agent orange pendant la guerre du Vietnam, les hormones de croissances bovines, le PCB et les OGM.  Au delà de la polémique sur la nocivité ou non des OGM (mais maintenant il me faudra de sérieux arguments pour défendre ces derniers), c'est aussi la privatisation du vivant dont il est question.  Privatisation qui entraîne des conséquences catastrophiques pour la biodiversité, la santé des populations humaines et la survie des pays du sud.  Omniprésente et omnipotente , Monsanto étend sa toile sur le monde et pour elle la fin justifie les moyens. 
Bravo à M-M Robin pour son enquête dense, courageuse, fouillée, responsable; c'est grâce à des journalistes comme elle que sont dénoncés des pratiques criminelles, mafieuses, qui mettent en péril le sort de la planète entière.  Avant d'être un livre "le monde selon Monsanto" est en premier lieu un film (que l'on peut visionner sans peine sur le net).  Cette enquête c'est aussi la voix donnée aux citoyens consommateurs, aux petits agriculteurs qui dans le monde essayent de survivre en proposant une nourriture saine tout en vivant dignement.  Je conseille vivement la lecture de ce livre passionnant; qui  montre également qu'une résistance est possible et qu'il est indispensable de rester vigilant et de ne pas se laisser impressionner par les discours méprisants de ceux qui veulent faire croire au  simple citoyen qu'il n'y connait rien".

Le film : http://video.google.com/videoplay?docid=-8723985684378254371

Livre lu dans le cadre de l'opération masse critique organisée par Babelio

Posté par manolos à 20:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mai 2009

Chaos calme

VERONESI, Sandro.  Chaos calme.  Grasset et Fasquelle, 2008.  504 p.

516vFkvJhDL
Pietro Palladini est immobile, dans l'oeil du cyclone.  Il ne sort plus de sa voiture, garée au bas de l'école de sa fille à Milan.  Ce quadragénéraire séduisant que la vie a épargné vient de perdre sa femme, Lara.  Il attend de souffrir, mais ce n'est pas si facile de ressentir la perte.  Les amis et anonymes viennent lui parler, l'étreidre, partager ce temps suspendu, ce chaos calme où il se réfugie désormais.  Une jolie fille qui promène son chien, les collègues de travail à la veille d'une fusion financière sans précédent, un frère fumeur d'opium, une milliardaire érotisée, tous perdent à un moment leur calme, leur dignité, leurs masques.  Tous renoncent à la comédie sociale.

Avis

Après la mort de sa femme, Pietro passe ses journées à attendre sa fille devant la grille de l'école.  Il attend les souffrances d'un deuil qui n'arrive pas.  Bientôt famille, collègues et amis défilent dans la voiture devenue bureau et cabinets de confidence improvisé.
L'auteur alterne judicieusement moments forts et petits détails piquants de la vie quotidienne qui donnent légèretés et fraîcheurs à ce roman qui traite pourtant de la mort et de la vie qui continue malgré tout.  Le héros observe avec lucidité et humour son propre comportement et celui du monde qui l'entoure.  C'est aussi la prise de conscience qui'il y a des choses plus importantes que l'argent, les apparences et la réussite sociale, et que l'être humain a souvent des prétentions bien ridicules; dommage d' attendre la perte de l'être aimé.  Sans être un chef -d'oeuvre "chaos calme" est un livre agréable à lire.

Ce livre a été adapté au cinéma par Antonello Grimaldi avec Nanni Moretti dans le rôle vedette.  Film qui a crée un scandale à sa sortie, le Vatican jugeant une scène de sodomie révoltante.

Posté par manolos à 21:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2009

Bibliothèque de Julien : 16 ans

2898_1134385603311_1337454638_345746_5563639_n

Posté par manolos à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2009

La stratégie du choc

KLEIN, Naomi.  La stratégie du choc : la montée d'un capitalisme du désastre.  Leméac - Actes Sud, 2008.  669 p.

                                                    Présentation de l'éditeur :

41OqiV0bWCLQu'y a-t-il de commun entre le coup d'Etat de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l'effondrement de l'Union Soviétique, le naufrage de l'épopée Solidarnosc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l'Afrique du Sud post apartheid, les attentas du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri Lanka en 2004, le cyclone Katrina l'année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieu - Abou Ghraïb ou Guntanamo - aujourd'hui ?  Tous ces moments de notre histoire récente, répond N Klein, ont partie liée avec l'avènement d'un "capitalisme du désastre".  Approfondissant la réflexion militante entamée avec son best-seller No Logo, N. Klein, dénonce, dans la stratégie du choc, l'existence d'opérations concertées dans le but d'assurer la prise de contôle de la planète par les tenants d'un ultralibéralisme tout puissant.  Ce dernier met sciemment à contribution crises et désastres pour subsister aux valeurs démocratiques, auxquelles les sociétés aspirent, la  seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.  Remarquablement conduite et documentée, cette histoire secrète du libre marché, qui dessine une nouvelle éthique de l'investigation journalistique, s'affirme comme une lecture indispensable pour réévaluer les enjeux des temps présent et à venir, vis à vis desquels les citoyens du monde portent, ensemble, une responsabilité impossible à déléguer.

Noami Klein est devenue une figure marquante du mouvement altermondialiste et devient célèbre en écrivant "No logo" dans lequel elle dénonce l'omnipotence des multinationales à travers le monde.  "La stratégie du choc" est tout aussi passionnant et moins compliqué que son ouvrage précédent.  Si Noami Klein a de sérieux détracteurs on ne peut qu'être époustouflé par sa capacité de synthèse et sa connaissance des sujets qu'elle aborde.  Ses propos sont remarquablement argumentés, elle présente d'ailleurs une impressionnante bibliographie, preuve d'un travail de recherche considérable.  Un vrai travail d'investigation courageux, bravo !

Posté par manolos à 20:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


19 avril 2009

"Un homme ne peut savoir ce qu'il veut.  Il a seulement une existence qu'il ne peut ni confronter à ses vies précédentes, ni réparer dans ses vies suivantes.  Il n'a pas la possibilté d'examiner quelle décision est la meilleure.  Il n'a pas de comparaison.  Nous vivons tout pour la première fois et sans préparation, comme un acteur qui improvise une pièce.  Que peut valoir une vie quand la première répétition pour cette vie est déjà la vie même ."

M. Kundera.

Posté par manolos à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2009

Bibliothèque de Florine, 13 ans.

2898_1134385563310_1337454638_345745_373406_n

Posté par manolos à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2009

Nancy Huston

A propos de Nancy Huston

P1010621Nancy Huston est née à Calgary au Canada et s'exprime aussi bien en français qu'en anglais.  Elle vit depuis ses 20 ans en France.  Elle a six ans lorsque sa mère abandonne ses enfants, cet abandon traumatisant va fortement influencer son oeuvre.  Huston est egalement musicienne, musique qui tiens d'ailleurs une place importante dans ses écrits.  Militante féministe, elle est aussi la compagne du philosophe et linguiste Tzveton Todorov.

N. Huston est un auteur que j'apprécie non seulement pour ses romans mais surtout pour ses essais sur la littérature et la création.  Dans ses écrits transparaissent la passion, la sincérité et la simplicité.  J'ai eu l'occasion de l'écouter lors d'un d'une discussion au salon du livre de Paris (photos) et j'ai retrouvé cette même sincérité et profondeur qui caractérise son oeuvre.  J'ai vraiment été séduite par le personnage qui fait partie des quelques auteurs que j'aimerais un jour rencontrer !

P1010624

Posté par manolos à 21:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 avril 2009

Les figures

ROBERT, Alexis.  Les figures.  J. Corti, 2008.  211p.

                                                 Présentation de l'éditeur :

41k4mTcQs7LAu XVIIe siècle, Etienne de Creyst, l'un des premiers médecins aliénistes, découvre chez les fous les multiples possibilités de l'humain.  Il commencera à leur exemple une exploration confinant à la destruction de l'identité.  Les "Figures" révèlent les territoires où il est surpris de se reconnaitre, ceux du minéral, du végétal, celui de la bête avec qui il communie dans l'universel.  Trente ans après, le Mémoire qu'il a rédigé est lu a sa nièce.  La jeune femme traversera, de la même façon, les expériences ultimes où se croisent le crime et la sexualité...  Quatre lectures comme autant de clés libératrices ou de cercles d'enfer.

Avis :

Quel étrange roman que ce dernier, si le style est raffiné, le contenu est  plutôt étonnant et mériterait plusieurs lectures.  On nage entre univers fantastique, folie et sexualité débridée, malsaine, on pense d'ailleurs tout de suite à Sade.  L'auteur nous invite également à plonger dans un monde où la frontière entre la réalité et la folie est parfois bien ténue.  Je suis sortie de ce livre assez perplexe et je me demande encore où l'auteur a voulu m'emmener.  Un livre "initiatique" insolite, curieux et très bien écrit.

Posté par manolos à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 février 2009

L'homme qui marchait sur la lune

McCord Howard.  L'homme qui marchait sur la lune.  Gallmeister, 2008.  133 p.

51gf6I6uRmLPrésentation de l'éditeur :

Qui est William Gasper, cet homme qui depuis cinq ans arpente inlassablement la lune, une "montagne de nulle part" en plein coeur du Nevada ?  De ce marcheur solitaire, personne ne sait rien.  Est-il un ascète, un promeneur mystique, un fugitif ?  Tandis qu'il poursuit son ascension, ponctué de souvenirs réels ou imaginaires, son passé s'éclaire peu à peu : ancien tueur professionnel pour le compte de l'armée américaine, il s'est fait de nombreux ennemis.  Parmi lesquels, peut-être, cet homme qui le suit sur la Lune ?  Entre Gasper et son poursuivant s'engage un jeu du chat et de la souris.  D'une tension narrative extrême juqu'à une fin inattendue, L'homme qui marchait sur la Lune est un roman étonnant et inclassable qui, depuis sa parution aux Etats-Unis est devenu un authentique livre culte.

Avis :

"L'homme qui marchait sur la lune aborde un thème récurrent de la culture américaine, celui de l'individu abîmé par la violence imposée au nom de l'Etat; tueur professionnel Gasper a trouvé une relative sérénité au milieu d'une nature hostile.  Ce roman baigne dans une ambiance étrange et inquiétante.  Le héros est lui-même déroutant, on est partagé entre une certaine compassion et un léger dégoût.  Cet assassin cynique, désabusé ou devenu fou  peut également se montrer très humain.
A noter la magnifique évocation des paysages montagneux et désertique du Nevada."

Posté par manolos à 18:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,